Le droit à l’éducation

La situation Salvadorienne

Pour des raisons financières, et parfois géographiques, l’accès à l’éducation est problématique au Salvador. Depuis quelques années, l’État tente d’y remédier afin d’augmenter les chances d’accès à l’école. Cependant, il est confronté à un problème majeur : de nombreux enfants sont dans l’obligation de travailler pour soutenir leurs familles. Ainsi, selon les Nations-Unies, 35% des enfants salvadoriens exerceraient une activité rémunératrice : des plantations de canne à sucre et café aux travaux domestiques, sans oublier la vente de rue.

Selon la Constitution du Salvador, datant de 1983, le droit à l’éducation préscolaire (4 à 6 ans) est gratuite. Sachant que la plupart des familles vivent avec moins d’un dollar salvadorien par jour, il est plus que commun de voir des enfants travailler à partir de 7 ans. La situation se fait encore plus dramatique pour les enfants vivant dans la rue puisqu’ils doivent subvenir à leurs besoins, sans aucun autre soutien.

Là encore, les chiffres du travail des enfants sont alarmants. On compte environ 1,8 millions de mineurs exerçant une activité, la plupart des temps dans des conditions dangereuses les mettant à la merci d’abus et de maladies.

Notre action

En 2015, en lien avec l’association Dolores Medina, nous sommes parvenus à retirer de la rue deux jeunes de 15 et 16 ans pour les inscrire dans le centre scolaire Constitucion: l’un est en 3° grado et l’autre 5° grado. Malheureusement, ils ont assistés à leur cours que deux mois et sont retournés dans la rue.

On a également suivi un jeune de 18 ans qui déjà en 2014 avait réussi ses examens de fin d’année de 7°grado. En 2015, il s’est préparé pour l’examen 9°grado. nous lui avons fourni les livres et le matériels pour l’année scolaire. malheureusement, nous avons perdu le contact avec ce jeune, nous ne savons pas s’il a passé son examen.

On a réussi à maintenir Beatriz (5 ans) et Jorge (4 ans) dans le CDI. ils sont dans ce centre depuis 2014, leur taux de présence est de 90% selon l’administration.

On a inscrit un enfants de 4 ans mais son de présence n’a été que de 20%. Parmi les motifs de son absentéisme, sa famille a changé plusieurs fois de logement et les personnes chargées de l’emmener au centre n’ont pas été réguliers.

Nous avons aussi essayé d’inscrire trois autres enfants au CDI mais nous n’y sommes pas parvenus à cause d’un manque d’intérêt des parents ou tuteurs du fait du manque à gagner pour la famille et des contraintes horaires qu cela impliquait.

 

Vous pouvez permettre à l’association Terre des Jeunes de scolariser des enfants et des adolescents en faisant un don.

Publicités

Une réflexion sur “Le droit à l’éducation

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s